L’appel du large.

On s’est aimé. On s’aime encore tellement.

Mais là, je ne sais pas, je ne sais plus.

Ce n’est pas toi, enfin peut-être un peu….

Ce n’est pas moi non plus, je crois, même si tu sais à quel point j’aime aller voir ailleurs.

C’est nous, c’est la vie qui nous éloigne silencieusement et qui nous fait croire qu’il ne faut pas résister. C’est la routine des jours normaux qui rend parfois le bleu des premiers jours moins éclatant.

J’ai pourtant tant aimé ta chaleur, tes caresses sur mes épaules trop blanches avant tes mains.

J’ai même appris à aimer tes défauts, tes cris, tes sombres secrets.

Toi, tu m’as fait tienne et tu as fermé les yeux sur nos différences. Tu me savais d’ailleurs, je te croyais si difficile à conquérir. Et pourtant, entre nous, ce fut comme une évidence.

Depuis trois ans notre histoire est faite de rires, de couleurs, de petites lumières qui scintillent sur la Méditerranée, de rencontres qui nous font grandir ensemble, d’étés sans fin, de sable… De ce sable qui s’écoule doucement, qui glisse entre nos doigts et que l’on ne retient pas parce que c’est bien ainsi.

Je sens que je te quitterai un jour, bientôt peut-être. Et même si cette certitude grandit, tu resteras ce soleil contre qui j’ai troqué sans regret des jours auprès de ceux qui me sont si chers.

Marseille, ne m’en veux pas.

Tu es toujours aussi belle. Encore un peu plus, même, à mesure que je m’éloigne de toi. Mais quelque chose me pousse vers ailleurs, loin de ton port.

Je t’ai tant aimé, je t’aime encore tellement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s