Normandie, baby.

Normandie.jpg

Là, le ciel est bas et touche la mer de ses doigts grisâtres.

Les visages sont pâles ou rougis par le froid, le soleil ne triche pas. Il repose loin des pâturages immenses et des briques brunes qui ont appris à rayonner sans lui. Mais quand il apparaît enfin, il fait parler Monet.

Là, il y a la lumière fragile d’une bougie qui, dans chaque souffle, vous offre le meilleur.

Normandie, je ne t’aime jamais tant que lorsque tu résistes à nos étés, en toi je vois la couleur des jours sans pluie de mon enfance.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s