Le cœur météo

Le coeurmétéo

J’ai le cœur météo. Ça fait presque deux semaines que c’est comme ça. Je donne le change quand on me demande comment ça va. Je réponds 37 degrés, comme tout le monde, histoire d’avoir l’air dans le moule. Mais en ressenti, je suis à bien plus. Un peu comme un esquimau en tongs sur la banquise, ou un prof de natation en moonboots. Il y a un décalage entre le mercure et moi.

Ça coïncide avec la sortie de mon premier roman. Je crois que ça fait tellement longtemps que je l’avais en moi que, depuis qu’il ne m’appartient plus, ce soleil a déréglé ma bouillotte interne.

Dès le matin, j’ai le cœur météo. Quand mon réveil fait son petit manège à 6h45, pour moi, en ressenti, il est 2h du mat’ et je suis prête à danser sous la boule à facette du premier nightclub venu. Je suis tellement excitée d’entamer une nouvelle journée à regarder voyager mes petits livres chéris que je saute du lit comme une patineuse artistique. Sensation de sportitude : extrême. Réalité corporelle : hors d’usage. Mais c’est pas très grave, je vais me remettre au sport.

Le reste de la journée, je suis encore en décalage climatique. Quand la boulangère me demande « avec ceci ? », je lui réponds « ça s’ra tout merci », comme d’habitude. Mais en ressenti, j’ai envie de lui répondre « un Goncourt, éventuellement ». Rassurez-vous c’est comme sur votre appli météo, c’est juste un ressenti, ça n’apparaît pas ailleurs que sur votre écran.

Alors je continue mon chemin. Je fais des sourires d’automne à longueur de journée, sans trop montrer qu’en fait, c’est Ibiza un soir de Bar Mitzvah sous mon cache-nez. Je marche avec l’assurance d’une maman trentenaire bobo du huitième arrondissement marseillais, alors qu’en ressenti, j’ai les jambes flageolantes d’une fillette de cinq ans qui s’apprête à monter sur scène pour son spectacle de danse. Et quand j’arrive devant la maîtresse de maternelle de mon cadet, officiellement, je suis hyper détachée. Pourtant, en ressenti, j’ai envie qu’elle me donne un bon point parce ça fait depuis le CP que j’attendais ce moment-là. Mais Martine n’ayant pas l’air d’en avoir grand-chose à faire, je garde mon ressenti pour moi. Et c’est peut-être mieux ainsi…

Mais à vous, il faut que je dise. J’ai le cœur météo. Grâce à vous. Je vous mets des petits mots doux sur les réseaux sociaux, par SMS ou sur Whatsapp, mais en ressenti, j’aimerais vous faire bien plus que ça. N’allez pas vous imaginer le pire. Mais quand même. Parfois c’est bien les relations à distance. Comme celles qu’on a avec ses lecteurs, par exemple.

Je vous aime, et merci de faire circuler ce soleil. C’est vrai plus que jamais, il vous appartient.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s